Pourquoi certaines agences sont-elles réticentes au télétravail ?

Quand vous dites que vous travaillez dans la “com’” lors d’une première rencontre, ou lorsque vos amis vous interrogent sur votre boulot le week-end, une sorte d’aura vous entoure, vous avez remarqué ?

A mi-chemin entre 99 Francs (déjà 20 ans !) et les fantasmes sur Google et la Silicon Valley, vous représentez une sorte d’élite avant-gardiste, créative, passionnée, et coool (emoji ici ?)

Merci Shutterstock pour cette belle illustration de la vie en agence.

Donc tout naturellement, la table de ping-pong, le flex office, les brainstormings et les escape games entre collègues, ça vous connaît.

Alors forcément quel étonnement quand votre manager vous refuse votre 1/2/3j de télétravail par semaine (cochez la case)… 

Vous êtes pourtant équipés pour, et ça vous a bien aidé à finir la reco Panzano ou répondre au client L’Oréole le jour où vous attendiez le livreur Darty ou quand Junior avait la varicelle. 

Vous disposez à cet effet d’un joli Mac Book Pro, d’un iPhone 48 et d’un accès toutes distances au drive de l’agence. Vous savez même rediriger les appels de votre fixe vers votre portable en 15 sec de la main gauche (vous vous êtes challengé un soir d’apéro, mais ce n’est pas le sujet).

Alors pourquoi Jean-Denis refuse?

Rassurez-vous, vous n’êtes pas seul. Étonnamment, beaucoup d’agences (digitales ou non) sont encore réticentes à laisser leurs collaborateurs en télétravail tout ou partie de la semaine. 

A l’heure du Covid, et après un confinement où bon-an, mal-an, tout le monde avait commencé à s’y mettre, il semble surprenant qu’une fois l’alerte passée, on ait re demandé à tous ces salariés du tertiaire, rois de la prestation intellectuelle, de reprendre le chemin des bureaux, les transports en commun en bonus plus.

Pourquoi mais pourquoi ?

Sommes-nous obligés d’être ensemble physiquement pour créer de la valeur en agence?

Tout d’abord, c’est ce que vous supposez. 

“Le brainstorming c’est mieux quand on est tous en war room, à suer sang et eau sur la reco Burger Queen”

On échange, on s’engueule, on s’emballe et on finit par trouver les 3 pistes attendues pour demain. Et puis, comment faire les retours à Ben de la créa sans se poster près de lui une demie-journée, dans le partage d’haleine et de Haribo ? 

Sans parler de la réu co’ du lundi qui est inratable !

Depuis les années 2000, les chercheurs ont pourtant montré à de nombreuses reprises que la croyance selon laquelle l’effort de groupe produit plus de créativité était un mythe.

Une analyse de 241 études différentes portant sur 24 000 sujets dans le Psychological Bulletin a conclu que la présence d’autres personnes n’avait quasiment pas d’effet sur l’exécution des tâches, et certainement pas de la manière dont Osborn l’avait espéré. 

La présence d’autres personnes « augmente la rapidité d’exécution des tâches simples et diminue la rapidité des tâches complexes »…

Le télétravail ruine-t-il la cohésion d’équipe?

A la base, vous avez postulé ici après avoir vu les photos Insta des soirées et vous être abonné au Snapchat de l’agence. Forcément, quand on a 30 ans (+-10 ans), l’ambiance, les relations entre collègues sont importantes. 

Vous aimez raconter vos vacances autour de la pause café, découvrir le petit resto du coin qui-paie-pas-de-mine-mais-qui-est-troooop-bon avec eux et boucler les semaines intenses d’un afterwork bien mérité.

Et pourtant, plusieurs agences ont fait le choix de privilégier le télétravail, voire certaines ont même rendu leurs locaux suite au confinement ! Des réunions physiques sous forme de teambuilding ou de séminaire sont ainsi mises en place régulièrement. Et ça semble plutôt réussir aux salariés…

Evidemment, nous sommes des animaux sociaux et avons besoin du contact avec les autres, mais avec le dernier confinement, il est apparu qu’une sorte de convivialité professionnelle pouvait aussi exister de manière dématérialisée. 

La distance c’est les vacances pour les équipes, vraiment?

Le grand frein, avoué ou non, au télétravail, c’est parfois la croyance des managers de voir la productivité s’effondrer. 

Et c’est souvent vrai si l’organisation n’est pas repensée : encore trop souvent, dirigeants d’entreprise et managers de pôles fonctionnent à vue. Ils ignorent ce que font exactement leurs collaborateurs chaque jour et forcément, l’ignorance entraîne la peur. Car à distance, impossible de vérifier de loin la mine occupée de Martine ou Franck.

Nous pouvons comprendre qu’en mars, la situation a eu de quoi prendre par surprise les patrons d’agence. Personne ne s’attendait à une pandémie, encore moins à un confinement. 

Les entreprises qui ont su depuis sortir leur épingle du jeu et avancer sont les structures les plus agiles, les plus aptes à adapter et repenser leur organisation et leurs modes de fonctionnement. 

La taille ici peut avoir une incidence, mais pas forcément. Des petites agences peuvent tout à fait être dans l’immobilisme d’un mode de fonctionnement historique… quand des gros groupes ont su être rapides dans leur démarche à s’équiper des bons outils et process.

Chez Furious, nous avons eu la chance d’être particulièrement sollicités à cette période. 

En effet beaucoup d’agences n’étaient pas préparées à gérer des opérations à distance… Par conséquent, elles se sont retrouvées pour certaines aveugles durant cette période et les sujets sont nombreux :

Il est pourtant crucial pour les opérationnels d’être accompagnés et pour les managers d’être aidés dans leur encadrement à distance. Nous avons donc beaucoup oeuvré à aider nos nouveaux clients à profiter de la situation pour se réorganiser, digitaliser les process et leurs outils.

Et ça marche! ! Prêts à essayer ? Contactez-nous !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
logo Furious

Inscrivez-vous à notre newsletter

Vous recevrez chaque mois toute l’actualité de FURIOUS